Les manipulateurs suite 1° partie : Qui sont les manipulateurs ?

Qui sont les manipulateurs ?

 

Afin de compléter mon e-book « Se préserver des manipulateurs » (téléchargeable gratuitement en cliquant sur le lien), je vous propose de revenir aujourd’hui sur ce que j’entends par « manipulateurs ».

En effet, il faut bien faire la différence entre quelqu’un qui utilise la manipulation de façon occasionnelle (et ça nous le faisons tous plus ou moins lors de moment de stress) et un manipulateur qui lui ne connait d’autre fonctionnement que la manipulation.

Et dans ces manipulateurs chroniques, on va pouvoir trouver 2 catégories :

–          Ceux dont la personnalité est clairement manipulatrice et qui n’éprouveront jamais le besoin de se remettre en cause et/ou de changer (en consultant un professionnel)

–          Ceux qui souffrent des conséquences d’un lien relationnel difficile mais qui attribuent dans un premier temps la responsabilité de cette souffrance aux autres ; cependant un jour, ils arriveront  à penser qu’ils ont une responsabilité dans cet état dégradé de leurs relations affectives et ils souhaiteront changer pour reprendre la responsabilité de leur vie.

Les pervers-narcissiques

En haut de la liste, le numéro 1 des manipulateurs, se trouvent ceux que les psychanalystes appellent  « les pervers narcissiques » ; ils représentent 2 à 5% de la population et nous en avons donc tous un dans notre environnement.  Ils sont particulièrement dangereux et  destructeurs, mais ils n’ont et n’auront aucune demande de soin, ils fonctionnent très bien dans la société et leur niveau intellectuel n’est jamais touché par cette pathologie. C’est ce qu’on appelle une psychose blanche et ces personnalités ne sont pas de fait enfermées dans des hôpitaux psychiatriques, mais elles évoluent dans la vie civile et professionnelle : elles peuvent faire des études comme vous et moi, et elles obtiennent souvent un travail ayant une fonction d’autorité, elles se marient et ont des enfants.

Si l’e-book « Se préserver des manipulateurs » a été écrit pour vous aider face en particulier aux pervers-narcissiques,  catégorie hautement toxique pour leur environnement, il est également utile face à d’autres catégories de manipulateurs, constituées de personnalités plus ou moins toxiques et donc plus ou moins destructrices pour leur environnement familial et professionnel.

Les autres personnalités toxiques

Pour découvrir plus en détail ces autres personnalités toxiques, je vous recommande un ouvrage très accessible car écrit très simplement et avec beaucoup d’humour par Christophe ANDRE et MUZO  « Je résiste aux personnalités toxiques (et autres casse-pieds)» .

Christophe ANDRE classe en 7 catégories ces troubles qui peuvent se présenter seuls ou se conjuguer entre eux, et dont les niveaux de toxicité varient selon le degré d’expression de ces troubles pouvant aller jusqu’à des pathologies graves.

  • Les narcissiques. Ces personnalités semblent à première vue avoir une forte estime d’elles-mêmes et un dédain pour les autres ; cependant cette estime d’elle-même n’est qu’une façade ne correspondant pas à leur propre ressenti  interne et elles ne dévalorisent les autres que pour se prouver à elles-mêmes qu’elles sont  finalement meilleures qu’eux, tenter de soigner leur blessure narcissique et combler ainsi leur faible amour pour eux-mêmes et leur déficit en matière d’image de soi
  • Les négativistes : Ce sont les pessimistes d’une façon générale, ou ceux qui voient toujours les problèmes qui existent ou qui pourraient exister dans chaque situation ; eux-mêmes se définissent en général comme « réalistes » ; on peut aussi mettre dans cette catégorie tous les briseurs de rêves qui vont tenter de vous remettre bien les pieds sur terre dès que vous faites preuve de créativité.
  • Les paranos : Rentrent dans cette catégorie tous les méfiants, et toutes les personnes qui projettent sur leur environnement leurs peurs multiples et variées. Ces personnalités analysent, dissèquent et interprètent à la lumière de leurs peurs toute action constatée et toute parole entendue.
  • Les histrioniques : Ces personnalités ayant une estime de soi basse, sont  en quête d’attention permanente de la part des gens qu’elles rencontrent, elles jouent un rôle pour se sentir en permanence au centre de la scène,  mais au bout d’un moment elles ne font plus la distinction entre leur vraie personnalité et le rôle de séduction qu’elles se sont donné et elles semblent capable de s’enflammer à chaque fois pour une nouvelle personne qu’elles vont ensuite repousser.
  • Les stressés et autres énervés hyper-actifs : Ce sont des personnes qui ne supportent ni l’absence d’activité ni le silence. Leurs vacances se conçoivent au choix comme un marathon qui enchaine selon leur goût, les visites de villes et des musées ou les trekkings et autres exploits physiques, ou bien c’est le cadre qui amène son ordinateur à la plage et qui est connecté en permanence à ce qui se passe dans son entreprise. On va retrouver dans cette catégorie les personnalités de type A (cette catégorie a été définie par Meyer Friedman et Ray Rosenman comme ayant une conduite caractérisée par une hyperactivité, un sentiment d’urgence, un énervement facile, ou un hyper-investissement professionnel). Ce sont des personnes toujours pressées qui ne finissent pas leurs phrases, et qui laissent les personnes se débrouiller avec ce qu’elles ont compris ; mais comme le travail n’est pas fait comme elles le veulent, ça les met hors d’elles et elles deviennent très exigeantes et peuvent passer pour des harceleurs.
  • Les pervers : A l’échelon le plus bas, on va trouver  l’enfant qui fait un croc en jambe à son camarade ou s’amuse à torturer un animal, et l’adulte capable de blagues douteuses ou d’ironie blessante pour déclencher l’hilarité générale ; à l’échelon le plus élevé, on va trouver des personnes provoquant délibérément des souffrances chez les autres pour s’en réjouir et s’en nourrir ; et entre les deux catégories, on trouve toute sorte de prédateurs et de vampires de l’âme.
  • Les passifs-agressifs : C’est bizarrement la catégorie qui semble la plus anodine et peut-être la plus difficile à identifier, tellement les personnes sont sures de leur bon droit ; cependant cette personnalité s’avère tout aussi destructrice que les précédentes.  Ces personnes sont tellement sensibles à toute démonstration pouvant passer pour un acte d’autorité, qu’il vaut mieux mettre les formes quand on doit leur faire une demande, sinon on déclenche à coup sûr un conflit larvé ; ce sont les rois de la force passive et des bouderies de rétorsion, qui vont au mieux opposer un mur de silence réprobateur à toute tentative d’explications mais qui peuvent aller jusqu’à des actes de déstabilisation ou de vengeance au moment jugé propice.

A ces 7 catégories de troubles pouvant générer des comportements toxiques,  je rajouterais bien une 8°catégorie

  • Les altruiste déresponsabilisants. Ce qui pourrait ressemblait à une qualité « l’altruisme », est  ici utilisé en excès pour faire rentrer l’autre dans une dépendance qui pourra être affective, financière, matérielle, morale, etc, et lui enlever toute forme de responsabilité sur sa vie. C’est un peu le syndrome de la « mère juive ou pied-noir » immortalisée par Marthe de Villalonga dans ses rôles au cinéma ou au théâtre. L’autre est nié dans sa capacité à faire seul et devient complétement dépendant. L’altruiste est en recherche permanente de la reconnaissance de l’autre ou des autres dont il devient co-dépendant . Bien que centré sur les besoins des autres et à l’affut de les satisfaire, l’altruiste est toxique par l’étouffement qu’il provoque, le sentiment de culpabilité qu’il ne manque pas de générer chaque fois que l’autre essaie de s’échapper ou de faire seul « avec tout ce que j’ai fait pour toi ! ».

Rassurez-vous, vous avez (tout comme moi) des caractéristiques dans plusieurs de ces catégories, sans que cela ait un caractère pathologique ; et pour vous aider à découvrir ces personnalités toxiques,  Christophe ANDRE vous propose dans son livre pour chaque catégorie :

–          Un petit test plein d’humour qui vous permet de vous situer.

–          Une bande dessinée qui vous raconte de manière illustrée comment peut se créer une personnalité narcissique ou parano à travers un exemple…

–          Un descriptif précis qui permet de comprendre comment fonctionne chaque personnalité

–          Et des conseils pour améliorer les relations avec ces personnes qui font partie de votre environnement.

Cependant certaines de ces personnalités toxiques peuvent présenter  une ou même deux tendances à un niveau pathologique, ce qui s’avère particulièrement destructeur pour leur environnement. Et il peut s’avérer salutaire d’appliquer les mêmes mesures de protection que si vous aviez à faire à un pervers narcissique. Et je tiens par expérience la catégorie des «narcissiques-paranos »  pour particulièrement destructrice. Cependant il existe quelques différences si on les compare aux pervers-narcissiques :

–          Les « narcissiques-paranos » peuvent avoir des variations dans l’expression de leur personnalité pathologique et cette expression sera  d’autant plus forte que ces personnes traverseront une période de stress élevé.

–          Ils semblent également en proie à une vraie souffrance en cas de rejet, et donc susceptibles de changer leur mode de fonctionnement

–          A la différence des « pervers-narcissiques », les « narcissiques-paranos » ne nourrissent pas de sentiments pervers ; ils ne se réjouissent pas du mal qu’ils font à l’autre, même s’ils peuvent extrêmement destructeurs.

La différence entre les pervers-narcissiques et les autres catégories toxiques citées plus haut, c’est qu’il est possible de communiquer écologiquement avec les autres catégories et utiliser des méthodes pour résoudre les conflits ; alors qu’avec les pervers-narcissiques, vous n’avez même pas fini votre première phrase qu’il va tourner vos arguments contre vous : c’est vous qui êtes susceptible, paranoïaque, et incompétent…

Le manipulateur peut se déceler à partir d’une grille d’analyse de 30 critères mise au point par Isabelle NAZARE AGA au cours de l’observation de ses patients (voir l’e-book se préserver des manipulateurs). J’ai eu la chance de la  rencontrer au cours d’une conférence dans le cadre de la FFCPro (Fédération Francophone de Coachs Professionnels), et son partage d’expérience a enrichi de façon conséquente mes propres observations .

 

7 thoughts on “Les manipulateurs suite 1° partie : Qui sont les manipulateurs ?”

  1. Bonjour Madame,
    J’étais venue vous voir en consultation. Et a l’époque vous m’aviez donné un pdf contenant des question pour déterminer si une personne est un manipulateur. Mais j’ai perdu ce feuillet. Actuellement j’ai une amie a qui il faudrait que je donne ce feuillet. Pourriez vous me l’envoyer.
    mille merci

    1. A priori ces 2 qualificatifs vont assez bien ensemble mais ce n’est pas obligé. On pourrait être pervers sans être narcissique.
      Remarque : ceux que l’on désigne sous le terme de manipulateurs sont très souvent des narcissiques, pas des pervers-narcissiques qui sont beaucoup plus rares.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.