Gérer le changement

CHANGER…, OUI MAIS COMMENT ?

 

Il n’y a pas de hasard, si vous êtes sur cette page, c’est que l’idée du changement vous interpelle, et s’amorce déjà en vous.

Seulement, pourquoi avons-nous autant de mal à changer, quand nous aspirons sincèrement à modifier certaines de nos habitudes ?

Oh ! bien sûr, il arrive qu’une personne prenne une décision, que le changement s’obtienne sans effort … Tout le monde connait une personne qui, ayant pris un jour la décision d’arrêter de fumer, l’a fait dans la foulée sans connaître la moindre difficulté. Alors pourquoi ça a marché pour elle, alors que tant d’autres rencontrent difficultés et obstacles ? En interrogeant la personne qui a obtenu ce changement sans le moindre effort, on s’aperçoit rapidement qu’elle a décidé ce changement parce que ce jour-là, il lui a paru évident de prendre cette décision ; autrement dit, elle se sentait prête à ça et il n’y avait pas la trace d’un moindre doute en elle, ni de notion de volonté ou d’une contrainte quelconque ; non, ce jour-là, cela lui semblait juste, évident et naturel, et cet état semblait résulter d’un alignement parfait.

Pour d’autres, souvent, la décision fait suite à une réflexion, et leur volonté est là pour faire appliquer ce que leur cortex a décidé. Peut-être connaissez vous d’ailleurs des personnes qui ont réussi à appliquer leur décision à force de volonté ?

En utilisant la seule volonté, 2 résultats différents :

  • la personne est dotée d’une volonté féroce et elle mettra en application sa décision, quoiqu’il lui en coûte ; et comme pour elle, la vie est un défi permanent, ses victoires quotidiennes sur elle-même viendront renforcer son sentiment de fierté et lui permettront d’accepter certaines frustrations.
  • la personne, malgré toute sa volonté, craque quand sa frustration atteint un niveau insupportable (cela se voit notamment durant les régimes alimentaires) et tous ses efforts se retrouve anéantis.

 

Alors pourquoi est-ce souvent si difficile de changer ?

En fait il faut savoir que notre cerveau fait tout simplement de la résistance au changement,
par peur de l’inconnu.

Notre cerveau est composé de 3 parties :

  • un cerveau reptilien, le plus ancien, commun à tous les vertébrés, qui gère nos besoins de survie (alimentation, reproduction…).
  • l’amygdale, un cerveau mammalien qui est commun à tous les mammifères et qui régule notre température, abrite nos émotions et provoque nos réactions de fuite ou de combat face à un danger.
  • le cortex, un cerveau plus récent, qui nous permet de créer, de réfléchir et de prendre des décisions.

Le cortex prend des décisions, certes, mais une décision de changement peut effrayer notre inconscient qui lui aime bien se cantonner à ce qu’il connait ; cette peur alerte notre amygdale (cerveau mammalien) qui va déconnecter une bonne partie de notre cortex (voire dans les cas extrêmes le déconnecter complètement) et on passe alors à un fonctionnement automatique du cerveau où toute réflexion est exclue. Par exemple, je décide enfin de ranger ma maison, et l’ampleur de la tâche est telle que mon amygdale est alertée et que je m’affale sur mon canapé, incapable de passer à l’action. Je viens de commencer un régime et je craque devant une tablette de chocolat ou un paquet de gâteaux que je dévore avant d’avoir pu raisonner quoique ce soit, car mon inconscient a peur du manque de nourriture. Qui n’a pas connu ces réactions complètement déconnectées par rapport à ce que notre volonté avait décidé ?

 

Droopy : You know what ? I'm happy.

Droopy et la congruence (pensées, paroles et actes)

 

« Les espèces qui survivent
ne sont pas les espèces les plus fortes,
ni les plus intelligentes,
mais celles qui s’adaptent
le mieux aux changements. »

Charles Darwin

Alors comment faire pour changer sans alerter l’amygdale
et déclencher ces réactions anarchiques ?

Il y a plusieurs options :
  • Prendre des décisions ayant un caractère ludique, car notre inconscient adorant jouer, il n’y aura pas de réaction de peur,
  • Prendre soin de remplacer ce que la première habitude apportait en confort et en plaisir par une action choisie avec soin qui apportera un confort et un plaisir au moins aussi important que celui auquel vous vous apprêtez à renoncer,
  • Utiliser une technique qui va court-circuiter le conscient pour s’adresser directement à l’ inconscient pour obtenir un changement ; l’hypnose est alors une technique de choix ainsi que l’auto-hypnose, la sophrologie, et également des techniques telles que l’Intégration par les Mouvements Oculaires, l’EMDR, ou l’EFT. Dans ce cas, grâce à l’hypnose ou l’EFT, l’inconscient va décider lui-même de réorganiser son fonctionnement pour permettre le changement,
  • Mixer plusieurs de ces solutions pour augmenter les chances de réussite,
  • Attendre, pour prendre la décision de changer, de se sentir prêt, de façon à ce que notre inconscient soit parfaitement aligné avec notre mental, mais ça peut demander beaucoup de temps,
  • Utiliser la technique des petits pas ; dans ce cas là, les changements envisagés seront suffisamment petits pour ne pas effrayer notre inconscient tout en mettant en place un nouveau mode de fonctionnement de notre cerveau.

Si vous n’êtes pas prêt à souffrir pour atteindre votre but coûte que coûte, évitez d’utiliser votre volonté et son cortège de privations, et mettez en place une petite action de préférence agréable ou ludique, que vous pourrez faire tous les jours et qui modifiera progressivement vos habitudes et le fonctionnement de votre cerveau. Le changement ne sera pas spectaculaire au début, mais il a toutes les chances d’aboutir et vous ressentirez à chaque étape l’envie d’aller un peu plus loin.

 

Alors que souhaitez-vous changer ?

Quelle pourrait être la plus petite action à mettre en place pour commencer à changer ?

Quand commencez-vous ?

 

Si vous souhaitez mettre en place ce changement plus rapidement et avec plus de confort, pensez au Coaching Harmonique ! Renseignements et rendez-vous auprès de Marie-Pierre Glénisson : marie@coaching-harmonique.fr ou 06-20-41-20-81.

 

Je partage
Share on Google+0Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

5 réactions à “Gérer le changement

  1. Bonjour, aujourd’hui j’ai décidé de me sentir mieux et de changer mon mode de vie. J’ai toujours une envie de faire certaines choses et je ne trouve pas la motivation ni les bons tuyaux qui m’aideront à les faires. Je veux tellement de choses que je ne sais pas vraiment ou aller, et je ne sais pas quoi faire et comment gérer ça. Je souhaite faire un point sur ma vie et avoir des conseils qui pourront m’aider.

    1. Oui effectivement c’est le moment idéal de faire quelques séances d’accompagnement avec un coach pour y voir plus clair et surtout une fois la voie trouvée, pouvoir se libérer des blocages qui vous empêchent d’y aller.
      En effet ce n’est pas vraiment une histoire de tuyaux puisque la solution idéale pour vous ne peut pas arriver de l’extérieur ; il s’agit de vous connecter à ce qui est vraiment important pour vous.
      Donc n’attendez pas le bon conseil, mais essayez de vous connecter :
      – à ce qui vous plait
      – à ce qui est important pour vous
      – à ce qui vient nourrir vos besoins les plus profonds
      – à ce qui fait vivre vos valeurs
      Et si vous avez du mal à faire ce travail, prenez quelques séances avec un coach (un coach n’a pas de solution toute faite pour vous, mais il va sous aider à bâtir votre solution personnelle)
      Très cordialement

  2. Je viens enfin de comprendre ce qui pourrait expliquer que je ne sois pas encore passée à l’action et pourquoi peut-être je « procrastine » ce changement de vie que j’ai décidé depuis quelques mois pourtant. Je sais ce que je dois faire et ce que je veux faire, mais….
    Merci pour cette explication courte et claire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *